"Journal d'un corps", Daniel Pennac, Gallimard, 2012


Rédigé le Lundi 7 Janvier 2019 à 12:34 | Lu 31 commentaire(s)

Le journal que toute femme devrait lire pour se sentir (encore) mieux dans son corps.


Une idée de génie

Une idée de génie, ce « Journal d’un corps » écrit au masculin, sorte de journal intime de fiction, ouvert à l’âge de 13 ans,  avec les premiers émois de la puberté, refermé à plus de 87 ans, à l’ultime échéance d’une vie bien remplie. Le journal d’une vie vue par la lorgnette des aléas du corps, ses malheurs, ses émois, ses bobos, ses bonheurs, ses exploits ou ses grippages, ses surprises et ses attentes, dans l’intimité des relations qu’il entretient avec l’intéressé comme avec ceux qui l’entourent ou qu’il rencontre. C’est dire la palette des émotions et des comportements convoquée pour scander les étapes d’une vie depuis l’adolescence jusqu’à la mort, celles de la maturité et les divers statuts sociaux et familiaux qui la ponctuent, avec leurs drames et leurs bonheurs.

Un journal méticuleux

Un journal tenu méticuleusement, au jour et à l’heure près, relaté autant à l’intention du narrateur que de lecteurs potentiels, le tout entrecoupé de confidences épistolaires adressée à Lison, la fille aînée, la fille aimée du narrateur. Lui sont explicités les modes d’emploi des séquences narratives et lui est confiée la mission délicate du sort de ces écrits.

Histoire de corps, histoire d'écriture

Car au travers de l’histoire d’un corps il est aussi question d’écriture, de sa finalité, de sa fonction de transmission. On reconnaît le style et la tonalité pleins d’humour de l’auteur qui met au service des sujets les plus graves une plume rieuse et joyeuse où les rapports humains, les personnages et les situations sont traités avec la même intelligence que ceux des romans qui ont fait sa notoriété.

Au-delà de l'anecdotique

Au-delà de l’anecdotique singulier, pris comme prétexte littéraire, c’est l’écheveau de la marche du monde qui se dévide, l’évolution des mœurs et des mentalités, des tabous puissants qui entravent le progrès, des contraintes sociales et des marges de liberté, avancées des sciences comme les tribus à payer, en une magistrale radiographie de temps contrastés porteurs d’espoirs infinis comme de menaces diffuses.

Rire aux éclats

Et si vous voulez savoir enfin pourquoi le tailleur questionne avec insistance « Portez-vous à droite ou à gauche ? » avant de dessiner le patron d’un costume sur mesure, ou comment « remonter la chaussette » pour faire pipi droit et loin, si vous voulez déguster la coupe de champagne qu’est le récit d’un coup de foudre, si vous voulez vous morfondre à l’extraction d’un polype encombrant ou en traquant des acouphènes tout en riant aux éclats, alors lisez ce « Journal d’un corps » qui fait du bien au physique comme au moral.
"Journal d'un corps", Daniel Pennac, Gallimard, 2012