Les clochettes du 1er mai


Rédigé le Lundi 6 Juillet 2020 à 17:10 | Lu 30 commentaire(s)

La surprise du 1er mai pendant le confinement


L'immeuble solidaire

Ce matin du 1er mai 2020, un brin de muguet a fleuri au pied de chaque porte palière de notre immeuble. Le clin d’œil d’une cloche peut-être, qui avait lâché déjà des œufs de Pâques au pied des mêmes portes quelques jours auparavant. Depuis le confinement, notre immeuble est devenu immeuble solidaire. Cette fois, ce sont les clochettes de mai qui ont poussé chez nous. C’est sous l’impulsion de Pétain, chantre des vertus du travail et celles de la famille pour mieux glorifier la patrie blessée que cette petite fleur de Marie, mère de Jésus, est venue détrôner l’Églantine. L’Églantine qui louait la fête du travail, promue à cette fonction par la lutte des travailleurs. Danielle SALLENAVE* a scrupuleusement reconstitué sur le terrain de sa région natale angevine la connivence du glaive avec le goupillon, des forces armées de la collaboration avec les racines profondes de la chouannerie, des forces de la réaction de l’église et du peuple profondément conservateur quand elles se liguent pour contrer les luttes populaires ouvrières. Celles des travailleurs, celles des agents de l’État, en particulier les instituteurs, fervents partisans de l’école laïque, républicaine, égalitaire.

*L'églantine et le muguet, Gallimard 2018
Le Muguet du 1er Mai
Le Muguet du 1er Mai

Nos acquis ne sont que des conquis

En ces temps perturbés qui infligent un présent profondément déstabilisant et des lendemains encore plus incertains, il est bon de rappeler quelques trahisons de l’histoire, quelques retournements et quelques inversions des représentations populaires, de même que les traces durables qu’ils laissent dans l’imaginaire. Les temps actuels sont propices à toutes les manipulations, à toutes les trahisons, aux renoncements, à l’éradication de tant d’avancées sociétales. D’aucuns les qualifient d’acquis quand elles ne sont que des conquis, (dixit Jean MOULIN, promoteur résolu de ces droits) et, à ce titre, toujours remis en cause et à défendre dans le rouleau compresseur de la mondialisation. Que ces brins de muguets ne nous fassent pas oublier que tant de nos ainés se sont battus pour les arracher et les défendre. Puissions-nous rester lucides sur les sirènes qui veulent nous enchanter dans ces temps obscurs de navigation à vue, où les cornes de brume alertent sur les naufrages prévisibles des catastrophes annoncées.   

 
.

Jean Moulin
Jean Moulin






              


Dans la même rubrique :
< >