Mes coups de gueule

Nouvel élevage intensif de cochons - 13/11/2019

Plus de 1000 cochons enfermés dans un hangar Si ce projet voit le jour, 1 008 cochons seront enfermés dans un hangar de 961 m² sans accès à l’extérieur. Chaque animal disposera donc de moins de 1 m². Plusieurs cycles d’élevage sont prévus, plusieurs milliers de cochons seront donc exploités chaque année. Ce projet soulève des questions quant aux conditions d’élevage des cochons. Ces animaux, destinés à l’engraissement puis à l’abattoir, auront subi à un jeune âge de nombreuses mutilations telles que le meulage des dents, la coupe des queues ou la castration. Ces opérations,...

L'homme qui a vu l'homme qui a vu l'homme qui regarde le doigt... - 16/10/2019

"L'information qui nous arrive par vagues émotionnelles successives et incessantes, ne sert plus à nous informer mais à nous détourner." Camus Lors de l'incendie de l'usine chimique Lubrizol à Rouen, 4 252,047 tonnes de produits ont également brûlé chez Normandie Logistique, l'usine voisine, dont 1 691 tonnes de produits Lubrizol. A ce tonnage, il faut ajouter les 5 253 tonnes de produits chimiques partis en fumée sur le site de Lubrizol lui-même. Ce qui porte à 9 505 tonnes, la quantité totale de produits brûlés lors du spectaculaire incendie du 26 septembre. Cette catastrophe...

Le manifeste censuré de Camus, novembre 1939 - 16/10/2019

Un manifeste censuré d'Albert Camus, novembre 1939. Toutes les contraintes du monde ne feront pas qu’un esprit un peu propre accepte d’être malhonnête. Un journal libre se mesure autant à ce qu’il dit qu’à ce qu’il ne dit pas. Albert Camus, 25 novembre 1935 « Il est difficile aujourd’hui d’évoquer la liberté de la presse sans être taxé d’extravagance, accusé d’être Mata-Hari, de se voir convaincre d’être le neveu de Staline. Pourtant cette liberté parmi d’autres n’est qu’un des visages de la liberté tout court et l’on comprendra notre obstination à la défendre si l’on veut bien admettre...

Les femmes savent-elles écrire ? - 20/03/2019

On le sait tous, la femme ne sait pas écrire... Faire une place aux femmes au Panthéon n'a pas été une mince affaire. Et encore, c'est une toute petite place, une placette. Mais on pensait, bêtement je vous l'accorde, que la littérature avait ouvert ses pages et lustré ses couvertures pour que les femmes y prennent place et même toute leur place. Rassurez-vous amis gaulois un tantinet machos, il existe un dernier village qui résiste encore et toujours à cette invasion tout à la fois talentueuse et lettrée : l'Education Nationale.