Michou nous a quitté


Rédigé le Vendredi 7 Février 2020 à 15:59 | Lu 60 commentaire(s)

Montmartre a perdu Michou, sa mémoire nous restera.


Un quartier en bleu roi

Crédit Photo : 20 Minutes.fr
Crédit Photo : 20 Minutes.fr
Un monde fou place des Abbesses, ce vendredi 31 janvier 2020. C’est le jour qu’a choisi Michou pour un dernier adieu. Adieu à son quartier, adieu à ses amis, à sa famille, adieu à ses voisins, on était tous de sa famille. Une foule recueillie, visages graves, silencieux, solennels, attristés, et tenues colorées, bleu roi décliné dans toutes ses variantes, foulards, écharpes, vestons, chapeaux, manchons, sacs ou casquettes. Du bleu roi aux fenêtres, aux devantures des cafés, aux étals des commerces, mêlé aux guirlandes lumineuses, aux spots et aux bords des trottoirs. La couleur favorite de Michou, sa marque distinctive, celle de sa distinction.

C’est vêtu de bleu roi qu’il offrait dès le matin du champagne à ses hôtes, à ses amis, voire aux passants, à la terrasse de la Mascotte, son établissement de prédilection, rue des Abbesses. On ne l’y voyait plus depuis pas mal de temps. Ce n’était pas bon signe. Gageons que le chiffre d’affaire de la taverne s’en est ressenti, Michou était la générosité même. Il était la joie  aussi, bon vivant et compagnon rieur. Il ne fallait pas chercher de transcendance à ses propos, il optait pour la fête, pour le rire,  les paillettes, la qualité de ses spectacles qu’il a produits jusqu’à la fin dans le célèbre cabaret trans-genres du même nom.

Après les cantiques et la voix chaude et profonde du ténor, après « Le temps des cerises » égrainé par les mâtines de l’église Saint-Jean, après le recueillement solennel a éclaté la fête. On ovationne, on applaudit, la liesse bon enfant a repris le flambeau. Michou est toujours là, lové au creux de chacun d’entre nous dans son habit bleu roi, une coupe de champagne à la main, sourire et cœur en fête.

Michou vient de nous quitter, le quartier tout entier s’est donné rendez-vous pour cet ultime accompagnement. Il semble secouer une trompeuse léthargie, enfoui sous la gaine mercantile des enseignes bidon qui le gangrènent, la gangue d’indifférence dont il se protège, le carcan morbide auquel il semble condamné, et s’éveiller à l’événement. Les Montmartrois sont toujours là, fidèles aux rendez-vous les plus fédérateurs. Michou est parmi nous.
 

Michou à l'église Saint-Jean de Montmartre
Michou à l'église Saint-Jean de Montmartre




Tags : Michou


              


Dans la même rubrique :
< >

Jeudi 20 Février 2020 - 17:09 Alice de Montmartre a voulu...

Mercredi 1 Janvier 2020 - 16:28 2020, en guise de vœux